Skip to content

Dans les années 1970, de nombreux immeubles ont été construits en Suisse, et parmi eux la tour d’habitation au 36 Aegertenstrasse à Bienne. Après un lifting de qualité avec installation solaire intégrée signée 3S, entreprise de Thoune, le bâtiment prend aujourd’hui comme un air de modernité et fournit à ses habitantes et habitants jusqu’à 50% de leur consommation d’électricité.


Entre les premiers entretiens et l’achèvement de l’installation, environ deux années se sont écoulées. «La coopérative de construction, propriétaire de l’immeuble, souhaitait mettre en œuvre la façade solaire aussi rapidement que possible, et la ville a donné immédiatement son feu vert», se souvient Michael Baur, propriétaire de Baur AG, qui a réalisé le projet. Depuis 13 bonnes années, de plus en plus souvent, l’entreprise spécialisée en couverture et ferblanterie construit également des installations solaires en tant que professionnel du solaire.

 

Seulement la troisième façade solaire

Les installations solaires sur les toits étant les seules à être exclues de l’obligation de déposer une demande de permis de construire, Michael Baur savait que l’établissement cantonal d’assurance des bâtiments aurait aussi son mot à dire: «L’installation de façade solaire à Bienne n’est que la troisième à être installée sur une façade d’immeuble dans le canton de Berne. Et d’après les expériences acquises dans le cas d’une façade solaire construite il y a près de 20 ans sur un immeuble de Wittigkofen, nous savions déjà qu’il y aurait ici encore des obstacles à franchir.»

 

Faille juridique

Car dans la législation et les réglementations correspondantes, les exigences posées aux façades solaires ne sont pas encore définies. «La seule chose qui est prescrite, c’est la ventilation arrière des façades», rapporte Michael Baur. Grâce à ses années d’expérience dans le domaine des installations solaires, l’entreprise a pu présenter à l’assurance immobilière un dossier qui remplit les exigences des prescriptions en matière de protection incendie pour les façades, en ce qui concerne les superstructures et les matériaux: «De plus, avec l’entreprise 3S, nous avons comme partenaire un professionnel suisse de l’électricité solaire. Ainsi, par exemple, les simulations de vent réalisées par 3S ont établi que la façade résiste même à des vents violents.»

Rattrapage en matière de standardisation

Bien que ce soit extrêmement raisonnable de produire du courant solaire sur les façades, la standardisation, contrairement aux toits solaires, n’en est qu’à ses débuts. Pourtant, la technologie et les types de constructions se développent très rapidement: afin de répondre aux exigences posées au façades d’immeubles, c’est la dernière génération des modules de façade produits par 3S à Thoune qui a été montée.

Travail quotidien

«La fixation d’une installation solaire sur une façade, d’un point de vue technique, n’a rien de nouveau, mais fait partie de notre travail quotidien. Ainsi, depuis le début, nous montons les systèmes solaires MegaSlate de l’entreprise thounoise 3S. Pour nous, il était absolument évident de choisir les Thounois comme partenaires spécialisés, car cela n’a pas de sens de faire de chaque façade solaire un modèle spécial. Nous voulions aussi élargir l’état de notre pratique. Et le produit MegaSlate de 3S peut être aussi bien intégré au toit qu’à la façade.» Pour la réalisation de l’installation solaire dotée de 44.46 kWc de puissance installée, Baur AG a de plus travaillé main dans la main avec un constructeur métallique et un autre couvreur. À propos de toit: on y a également monté une installation solaire d’une puissance de 14.4 kWc.

Jusqu’à 50% de la consomma

L’installation de la façade fournit environ 32 500 kilowattheures de courant par an, et 13 000 kilowattheures supplémentaires proviennent de l’installation sur le toit plat. «Ainsi, le courant solaire couvre environ entre un tiers et la moitié de la consommation de courant dans les 46 appartements», explique Michael Baur. Avec le fournisseur d’énergie local Energie Service Biel/Bienne (ESB), la coopérative a choisi un modèle virtuel de consommation propre. Cela signifie que le courant solaire est consommé dans l’immeuble et que seul le courant nécessaire supplémentaire est facturé.

 

Production de courant sur place, même en hiver

«Les installations solaires sur les façades produisent surtout du courant en hiver et augmentent ainsi la sécurité d’approvisionnement en Suisse. L’immeuble produit du courant quand ses habitants en ont le plus besoin et au moment où, à l’avenir, il coûtera le plus cher», explique Patrick Hofer-Noser, propriétaire et gérant de 3S. Et le potentiel est énorme, car beaucoup de grands immeubles et immeubles d’habitation ont besoin d’être rénovés. Là où des façades sont rénovées, cela pourrait très bien se faire aussi – comme le montre l’exemple de Bienne – avec des modules solaires. Car le bien ne se fait pas tout seul!

Le saviez-vous?

La consommation de courant des habitants des immeubles d’habitation a diminué de plus de 15% entre 2011 et 2017. Par exemple, un ménage de trois personnes a besoin en moyenne de 3000 kilowattheures de courant en moins par an. Car les appareils électriques et les lampes deviennent de plus en plus efficaces. Les ménages remplaçant progressivement les appareils et les lampes, l’augmentation de l’efficacité a également pour effet une diminution de la consommation d’électricité des ménages, malgré la multiplication des appareils. C’est ce que montre une analyse de l’Office fédéral de l’énergie dans laquelle la consommation d’électricité typique des ménages en 2017 a été comparée avec celle de 2011.

Notre partenaire spécialisé

Baur AG

Staatsstrasse 42, CH-3049 Säriswil
+41 31 829 01 92

info@baurdach.ch
www.baurdach.ch

Autres thèmes

navigation image
Toit solaire 3S
navigation image
Façade solaire 3S
navigation image
Balustrade solaire 3S
Écrivez-nous